L'aloe à travers les âges

La plante - petite revue historique

Depuis au moins 5000 ans, à des époques différentes et dans des régions du monde fort éloignées les unes des autres, l'homme a toujours utilisé l'aloe vera pour prévenir ou soigner nombre de ses maux. En effet, maintes preuves archéologiques et historiques témoignent de ses multiples et identiques usages médicinaux dans toutes les grandes civilisations sans aucune exception.

Civilisation Sumérienne

On retrouve les premières traces de l'usage thérapeutique de l'aloe vera sur des tablettes d'argile gravées en caractères cunéiformes remontant au 3ème millénaire avant JC, découverte dans les ruines de Nippur

Civilisation chinoise

Le Pen T'sao, l'un des premiers ouvrages sur les plantes médicinales, qui date également du 3ème millénaire avant JC, et surtout l'illustre Li Che Tchen qui a révisé ce traité au 16ème siècle, classe l'aloe vera parmi les plantes aux vertus thérapeutiques majeures sous l'appellation de "Remède d'harmonie" et la considère comme la plante spécifique du traitement des brûlures et des affections de la peau.

Civilisation Mésopotamienne

L'aloe vera apparaît encore sur des tablettes d'argile gravées en caractères cunéiformes, remontant au 2ème millénaire avant JC, découvertes dans les ruines de l'antique Elba en 1973.

Egypte ancienne

Dans l'Egypte ancienne, l'aloe vera fut la plante dont le "sang" donnait la beauté, la santé et l'éternité. Les pharaons le considéraient comme un élixir de longue vie. La plante les accompagnait dans leur voyage dans l'Au-delà.
Le "livre égyptien des remèdes" du fameux papyrus Ebers (1500 ans av. J.-C.) fait mention de l'aloès parmi des formules de guérison. En outre, j'aloe vera possédait pour les anciens des vertus cosmétiques et fut appelé "l'élixir de jouvence".

On dit que les yeux de Cléopâtre devaient beaucoup de leur légendaire éclat à un collyre à base d'aloe vera et que le secret de la beauté de la peau et du teint de Nefertiti résidait dans ses bains quotidiens de lait d'ânesse et de pulpe d'aloe vera.

Les Arabes

Ils étaient les premiers à commercialiser l'aloe vera pour l'usage interne et externe. Ils exportaient la plante vers le Moyen-Orient et l'Asie (env. 500 ans av. J.-C.).

Civilisation Indienne

Pour les Hindous, l'aloe vera figure en bonne place parmi les plantes secrètes de leur médecine (Ayurveda) - leur surnom pour la plante d'aloe vera est "le guérisseur silencieux".
Citation d'une lettre de Mahatma Gandhi à Romain Rolland: "Vous me demandez quel est le secret des forces qui me soutenaient au cours de mes longs jeûnes, eh bien ce fut ma foi inébranlable en Dieu, ma vie simple et frugale et l'aloès dont je découvris les bienfaits de la plante d'aloe vera dès mon arrivée en Afrique du Sud, dans les dernières années du siècle."

Grecs, Romains, Hébreux

L'Aloès symbolisait la beauté, la patience, la fortune et la santé pour les Grecs.


La plante d'aloe vera est utilisée par Hippocrate, Aristote, Pline l'Ancien et bien d'autres en tant que laxatif, pour soigner les blessures, soulager les tumeurs, traiter les furoncles et les maux d'estomac ou encore contre la chute des cheveux.
On raconte que Alexandre-le-Grand (vers 330 av. J.-C.) avait été blessé par une flèche.
La plaie s'infectait et il se faisait soigner d'un prêtre envoyé du célèbre Aristote qui utilisait une huile à base d'aloe vera en provenance des plantations d'aloès de l'île de Socotra. La légende dit qu'Aritsote incitait même Alexandre-le-Grand de s'emparer de l'île de Socotra pour avoir suffisamment d'aloe vera à disposition pour guérir les blessures des soldats.
Celsius - un des précurseurs de la médecine, décrivait avec enthousiasme les vertus de l'aloe vera. A noter spécialement celles de faire coaguler le sang des blessures, de cicatriser les écorchures et les plaies ouvertes et de guérir les hémorroïdes.
La légende dit que l'empereur Romain Tibère utilisait le jus d'aloe vera comme aphrodisiaque.
Les Hébreux considéraient le jus d'aloe vera vera comme "médecine divine" et la Bible fait mention de l'aloès à plusieurs reprises.

Orient / Afrique

Les bédouins et les touaregs du Sahara connaissent les vertus de l'aloès depuis la plus haute antiquité. Ils l'appellent la "Lys du désert". Pour les Zoulous, l'aloès est "la plante qui guérit tout". Ils l'utilisent pour soigner leurs blessures et pour traiter les douleurs des articulations et des spasmes musculaires (crampes).
On dit que l'un des secrets de la légéndaire longévité des Templiers étaient l'elixir de Jérusalem, composé de haschish, d'aloe vera et de vin de palme.

Europe: Moyen Age et Renaissance

Les chrétiens d'Occident découvrent les vertus de d'aloe vera lors de leurs croisades. Leurs adversaires, les musulmans, considèrent l'aloe vera comme le remède par excellence, comme "plante magique" à laquelle ils attribuent des vertus de protection et de porte-bonheur. L'aloe vera est importé et planté en Afrique du Nord et en Espagne.
Christophe Colomb menait l'aloès sur la Santa Maria pour guérir et préserver les marins des maladies, plus spécialement du scorbut et des suites à la malnutrition. L'aloe vera était alors connu comme "**docteur en pot
Il aurait dit "Quatre végétaux sont indispensables à la vie de l'homme: le blé, la vigne, l'olivier et l'aloès. Le premier te nourrit, le second te réjouit le coeur, le troisième t'harmonise et le quatrième te guérit."
Paracelsus découvre la plante et parle de la "mystérieuse et secrète aloès, dont le suc d'or guérit les brûlures et les empoisonnements du sang".
Les pères jésuites portugais et espagnols cultivent d'aloe vera et estiment ses propriétés curatives.

Indiens d'Amérique

Les jeunes filles mayas se lavaient le visage avec le jus d'aloe vera pour garder un beau teint et les cheveux pour les rendre souples et vigoureux, comme le faisait jadis Cléopâtre.
Pour les Amérindiens, d'aloe vera était une des plantes sacrées qu'ils utilisaient à des fins thérapeutiques, comme par ex. pour "calmer" le ventre, nettoyer les reins et la vessie, arrête la toux. Les Jivaros l'appelaient le "médecin du ciel".

Civilisation contemporaine

Depuis une cinquantaine d'années, les scientifiques - notamment les Russes et les Américains - commencent à étudier la composition chimique et les propriétés thérapeutiques de l'aloès. Mais ce n'est qu'en 1968 que Bill Coats découvre une méthode de stabiliser le gel d'aloès par un procédé parfaitement naturel. Cette méthode brevetée permet aujourd'hui de commercialiser l'aloe vera pour le bienfait de tous.