Les cancers

Cancer de l'utérus : épidémiologie

Les cancers de l'utérus regroupent schématiquement deux types de cancers: les cancers du col de l'utérus et les cancers du corps de l'utérus. Ne seront abordés dans ce chapitre que les cancers du col de l'utérus.

Le col de l'utérus est la zone située entre le corps de l'utérus et le vagin.

Les cancers du col de l'utérus sont en général des carcinomes épidermoïdes, c'est-à-dire des cancers développés au dépens d'une muqueuse non glandulaire.
Ces cancers sont en général développés aux dépens de l'exocol, c'est à dire de la partie la plus basse du col de l'utérus.

Ces cancers se rencontrent en général chez la femme d'âge moyen (45-60 ans), mais peuvent en fait se voir à tous les âges. Ils sont liés à la transformation de cellules normales en cellules cancéreuses par le virus HPV16/18. Il s'agit de virus de type "papillomavirus".
L'apparition du cancer est précédée d'une phase de dysplasies, c'est-à-dire des zones où sont présentes des cellules en voie de cancérisation (mais non cancéreuses !), puis d'une phase de cancer non invasif (cancer in situ).

Prévention et dépistage du cancer de l'utérus

Le cancer du col de l'utérus peut être dépisté grâce aux frottis cervico-vaginaux réalisés par le médecin.


Ces frottis consistent à gratter le col de l'utérus afin de récupérer des cellules. Ces cellules seront analysées et classées en fonction de leur aspect. Les cellules pourront être normales, présenter des anomalies bénignes, des dysplasies, ou présenter des anomalies évoquant un cancer.
L'interprétation de ces résultats doit être très prudente et en aucun cas définitive. En effet, l'existence de cellules dysplasiques ne veut pas dire qu'il n'y a pas de cancer, et à l'inverse, l'existence de cellules cancéreuses ne veut pas dire qu'il existe un cancer invasif.
L'existence d'une anomalie au cours d'un frottis doit donc être suivie d'une interprétation par un médecin, et donner lieu à d'autres examens.
En cas d'anomalie, l'attitude dépend du type de lésion. On pourra alors réaliser une répétition des frottis, une colposcopie (examen servant à visualiser et biopsier le col de l'utérus).
Si la colposcopie confirme la présence d'une dysplasie, celle-ci sera traitée. Le traitement des dysplasies dépend de leur extension, grade... Son objectif est de prévenir la survenue d'un cancer. Il est important de cerner la différence entre une dysplasie, un cancer non invasif et un cancer invasif.
En effet, la dysplasie et le cancer non invasif se guérissent mieux que les cancers invasifs et ne peuvent pas s'étendre aux organes à distance.

Symptômes et diagnostic du cancer de l'utérus

Comme pour les autres cancers, les symptômes révélant un cancer de l'utérus sont variables dans leur gravité et leur intensité.

Il peut s'agir de saignements gynécologiques, de douleurs pelviennes (bas-ventre), d'infections de l'utérus, d'œdèmes des membres inférieurs, d'infections urinaires à répétition... Ces symptômes ne sont pas spécifiques de cancer et peuvent être rencontrés dans des pathologies bénignes. De fait, leur présence ne doit à la fois ni alarmer, ni être prise à la légère. La meilleure attitude est toujours une consultation avec le médecin généraliste.

S'il existe un symptôme anormal, ou une anomalie aux frottis, les examens à visée diagnostique seront réalisés. Ils consisteront à réaliser une biopsie du col de l'utérus afin d'analyser les zones tumorales au microscope. Une fois le diagnostic posé, le bilan d'extension sera réalisé. Le bilan d'extension aura pour objectif d'évaluer l'extension locale du cancer et l'extension générale. L'extension locale comprend la taille de la tumeur, l'envahissement des organes de voisinage et des ganglions. L'extension générale comprend l'extension du cancer à des organes distants tels que les poumons, le foie...
Le bilan pourra comprendre en fonction de la localisation du cancer, des symptômes: un examen clinique sous anesthésie générale, une échographie pelvienne, un scanner du bassin, une IRM du bassin, une radio de thorax, une prise de sang. Parfois, en fonction des résultats de la prise de sang et des symptômes cliniques, une échographie du foie et une scintigraphie osseuse pourront être réalisées.

Traitement du cancer de l'utérus

Le traitement du cancer de l'utérus varie selon les patientes, en fonction de l'extension de la tumeur, de l'existence d'autres pathologies, de l'âge...
Le traitement peut faire appel à la chirurgie, la radiothérapie ou la chimiothérapie. Ces différents traitements peuvent être réalisés isolément ou combinés en fonction des décisions de l'équipe médico-chirurgicale.

La chirurgie du cancer de l'utérus consistera en l'exérèse de l'utérus et des structures avoisinantes (ganglions, trompes...).

La radiothérapie du cancer du col de l'utérus peut être une radiothérapie externe, ou bien une curiethérapie.
Cette dernière consiste en une radiothérapie plus ciblée sur le volume tumorale, réalisée par l'implantation d'une source de radioactivité au niveau de la tumeur.

Actuellement, la radiothérapie externe est très souvent associée à une chimiothérapie dans le cancer du col de l'utérus. Celle-ci permet de diminuer le risque de récidive locale et à distance